Chasse aux trésors en Ontario

François Gay est l’heureux propriétaire d’une MG-B construite en 1965, mais vendue en 1966 donc enregistrée comme tel.  La voiture est en bonne condition, mais au cours de son existence, elle a subi quelques transformations, et il souhaite le remettre l plus possible en configuration d’origine. Ainsi   les sièges en cuir, remplacés par des modèles plus récents, en vinyle, les écrous de roues à rayons à papillons remplacés par des écrous octogonaux, et j’en passe,  seront remplacés au fur et à mesure des découvertes.

Les pièces, pour les premiers modèles de MG-B, sont de plus en plus difficiles à trouver, ou encore très dispendieuses d’où la recherche sur le Web, avec, dans notre cas, un point de chute prometteur en Ontario.

Comme nous sommes plusieurs à rouler en MG-B, et de nature curieuse, un départ est organisé le mercredi 14 juin, à sept heures du matin, question d’offrir des opportunités à tous.

Direction Picton , à quelques milles de Belleville, sur le bord du lac Ontario, dans le conté de Prince Edward. C’est une région de villégiature, paisible, avec vignobles en prime.

Nous sommes quatre en  Journey de Chrysler, pour une première étape de quatre heures de route : François, Luc Desranleau, Donald Rousseau, et moi-même.

Voyage sans histoire; un peu d’appréhension à l’arrivée, nous sommes clairement en territoire Mohawk, et notre contact s’appelle Lightfoot ! Je vous rappelle que nous sommes dans la région du Long Sault, ou Dollard s’est illustré, mais en y laissant sa peau, de même que les pères Brébeuf et Lallemand, dans d’autres circonstances, mais dans le coin.

Tout se passe finalement très bien, après un arrêt chez Lighfoot Motors, nous sommes accompagnés quelques milles plus loin sur une terre agricole isolée où gisent des épaves.

La première impression est décevante : les voitures sont dégarnies et en mauvais état. Plus d’Austin Marina, que de MG-B, beaucoup de Cambridge, quelques Spitfire, une Hérald, des A 30 et 35, bref, une mauvaise première impression !

Mais c’était sans compter un petit entrepôt où des pièces démontées ont permis à tous d’y trouver leur compte !

François a trouvé ses sièges, des écrous de roues, un panneau de porte et d’autres petites pièces, de même qu’un  un collecteur d’admission et un tonneau. Luc a trouvé un cric d’origine et son étui, et Donald des enveloppes d’appui-tête neuves !

Et à bon prix.

Nous aurions aimé y passer plus de temps, mais compte tenu du temps prévu pour le  retour,  nous avons dîné dans la voiture, question d’être à l’heure pour le souper de groupe, à St-Jean.