En patrouillant à vélo les rues de Naples en hiver, j’ai eu l’occasion de découvrir des collectionneurs de voitures avec qui j’ai lié des liens d’amitiés. L’un d’eux loue un garage pouvant accueillir cinq voitures; j’aime bien m’y rendre car il fait du travail mécanique et esthétique sur des voitures anciennes. Il possède trois très belles Sunbeam Tiger avec des moteurs Ford 289 p.c. dont une avec le volant à droite qu’il a importée d’Afrique du Sud.
L’hiver dernier, il m’a dit qu’il aurait bientôt une Ford GT40 à son garage. Je pensais que ce serait une de ces Ford GT des années 2004 à 2006, mais non. Ce n’est pas non plus une des 126 GT40 construites pour Ford en Angleterre en 1964  par Eric Broadley de Lola Cars et destinées à la course automobile, mais plutôt une de celles construites en Angleterre de 1985 à 1999 par Safir Engineering à qui Ford avait vendu les droits.
Dans les années 60, l’Angleterre régnait sur le sport automobile. Ford y a fait construire les Ford Escort qui se sont distinguées en rallye. Suite à la demande de Colin Chapman de Lotus,  Ford a commandité le fameux moteur de Formule 1 Cosworth DVF, un V8 de 3 litres qui a  équipé la voiture gagnante de 167 courses de Formule 1, de 1967 à 1985, en plus de se retrouver dans d’autres voitures de course. Il était boulonné à la coque en avant, et à la suspension en arrière, servant de châssis central.
La course automobile a toujours été une belle vitrine pour les constructeurs afin d’acquérir leurs lettres de noblesse après des victoires médiatisées comme les 24 heures du Mans. C’est comme un Oscar pour un cinéaste. On pense à Bentley, Alfa Romeo, Bugatti, Jaguar, Aston Martin, Ferrari, Porsche… Le Mans est un circuit de 13,469 km en grande partie sur des routes nationales où il y a de longues lignes droites, donc exigeant pour la  mécanique et la tenue de route pendant 24 heures.

https://www.google.ca/search?q=le+mans&rlz=1C1ASUT_frCA439CA439&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjDzcHM–jWAhVr54MKHbCRDE8Q_AUICygC&biw=1366&bih=675

https://www.lemans.org/fr/page/presentation-categories/105

Au début des années 60, Henri Ford II, petit-fils du fondateur, cherchait à hisser Ford dans le monde des grandes courses automobiles. Enzo Ferrari connaissait des problèmes financiers et Ford a tenté d’acheter sa compagnie.  En 1962, afin de classer sa GTO comme Grand Tourisme, Ferrari devait en assembler cent. Vu que les acheteurs ne se bousculaient pas à la porte comme quand Apple sort un nouveau iPhone, seulement 39 avaient été construites, et Ford le savait. Toutefois, Ferrari voulait demeurer à la tête du service compétition et Ford n’a pas acheté. Il s’est retourné vers Lola qui avait justement un prototype la Lola MK6 GT avec un moteur Ford et qui était heureux faire des affaires avec Ford; ce sera la Ford GT40. Pourquoi ce nom? Il désigne une voiture de classe GT, donc de route avec un espace pour les bagages et ayant 40 pouces de haut, propulsé par un V8 Ford central. Ford avait décidé d’aller battre Ferrari où il était roi, aux 24 heures du Mans.
En 64 et 65, aucun succès au Mans, les GT40 devant abandonner; une seule victoire  au Daytona 2000 en février 65.
L’année 66 devait apporter des victoires au 24 heures de Daytona, au 12 heures de Sebring et surtout les première et deuxième places aux 24 heures du Mans. Cependant, Henri Ford II voulait se glorifier de gagner cette prestigieuse épreuve avec une voiture américaine. Il avait demandé à Caroll Shelby qui était responsable des GT40 depuis 1965 d’assembler pour 67 quatre voitures aux États-Unis; en tout, dix GT40 ont pris le départ des 24 heures du Mans. Ce fut un succès, la seule victoire d’une voiture américaine au Mans, et elle était pilotée par des Américains Dan Gurney et A J Foyt. Gurney, fou de joie, après avoir bien secoué la bouteille de champagne remise au vainqueur en a aspergé la foule, créant ainsi une tradition. Son inspiration venait de Jo Siffert, pilote de Formule 1; l’année précédente il avait vu le bouchon de la bouteille de champagne sauter pendant qu’on la lui remettait et asperger ceux qui étaient sur le podium. Les GT40 victorieuses en 68 et 69 étaient des voitures anglaises. Nous avons d’ailleurs été témoins de cette dernière victoire.

https://www.google.ca/searchq=ford+gt40&rlz=1C1ASUT_frCA439CA439&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjjpZ2P_OjWAhXM64MKHRAnBNAQ_AUICigB&biw=1366&bih=675

Les succès de la GT40 avaient créé suffisamment de demande pour que Safir Engineering achète les droits de Ford pour en fabriquer en Angleterre. La GT40 qui s’est retrouvée à Naples est anglaise; elle appartient à un Américain qui a fait des courses de Vintage (voitures anciennes). Elle est rouge et identique à celle qui a gagné en 67. Sur la porte de droite sont inscrits le nom des pilotes gagnants de 67. Gurney mesurant 6’ 4’’, elle reproduit la petite bulle sur le toit qui lui permettait d’y prendre place. Il serait facile d’imaginer que c’est la voiture gagnante du Mans, mais mon ami Paul s’empresse de mettre les pendules à l’heure. C’est une voiture tout à fait semblable, mais pas une des années 60. On pourrait presque dire une réplique très fidèle de la gagnante de 67.
Prendre place derrière le volant demande de l’agilité. Le V8 Ford de 4,7 L  fait un bruit d’enfer. L’avant de la voiture étant très léger, il faut être très vigilant à basses vitesses. Ces voitures comptent sur l’aérodynamisme pour les plaquer au sol à grande vitesse. La construction de fibre de verre utilisait des alvéoles genre nid d’abeilles en sandwich avec de l’aluminium afin d’obtenir rigidité et légèreté.
L’actuel propriétaire espérant vendre cette voiture,  a demandé à Paul de lui faire une beauté afin de la présenter dans des expositions. Elle est impeccable.
Les Ford GT construites aux États-Unis en 2004-2006 ne pouvaient plus s’appeler GT40, Ford ayant vendu le nom. Depuis 2016, Ford fait construire par Multimatic à Markham en Ontario une Ford GT s’en inspirant. Pour célébrer les 50 ans de la première victoire aux 24 heures du Mans, Ford est retourné au Mans en 2016, et cette nouvelle Ford GT a remporté les première et troisième places de la Classe LM GTE Pro. Les règlements ayant changé, les GT ne sont plus les plus rapides au Mans où il y a plusieurs catégories de voitures.

http://performance.ford.com/series/ford-gt/news/articles/2016/06/ford-wins-le-mans–.html

https://www.fordgt.com/fr_fr/performance/gt/

http://auto.vtele.ca/actualites/la-premiere-ford-gt-2017-sort-de-l-usine-multimatic-en-ontario_1969.php