• Après un printemps pluvieux et des fins de semaines consacrées à des activités liées aux vieilles voitures, depuis la semaine dernière, avec des températures estivales, nous allons à la découverte de notre région, et c’est Brenda qui choisi les destinations.
    La semaine dernière, c’était le Parc des Vieilles Forges du St Maurice, Une visite fort intéressante montrant très bien la technologie française utilisant les mines de fer en surface de la région pour fabriquer le métal nécessaire à l’industrie navale au 18e siècle et des boulets de canon et autres munitions exportés en France.
    Après 1763, sous le régime anglais, ce sont des objets d’utilisation courante qui furent produites. On avait conservé une partie des ouvriers
    français. Il y avait un village de 450 personnes habitant sur les lieux.
    Une ingénieuse utilisation de deux rivières et de la dénivellation du terrain a permis d’avoir des bassins et d’utiliser l’énergie hydraulique pour faire fonctionner une aciérie et des hauts fourneaux alimentés par du charbon de bois fabriqué grâce aux forêts avoisinantes. En plus, on chargeait des bateaux de 300 tonnes de fer pour se rendre au port de Trois Rivières. Cette aciérie a été en production pendant 150 ans. Une visite riche en histoire et sur le domaine scientifique.
    Mercredi le 6 juillet, nous avons visité des centres de vacances et touristiques sur deux ensembles de lacs. La pêche, la promenade et surtout les activités hivernales, moto neige, attelage de chiens, sont des activités recherchés des européens comme des nord américains. Des guides amènent les pêcheurs sur des lacs où on trouvent des truites allant jusqu’à 10 kilo, voir plus, qui font le bonheur des amateurs de ce sport.Le confort et la gastronomie sont de mise, et au Lac à l’Eau Claire, nous avons mangé des plats de truite pour le repas du midi, et cela donne le goût
    d’y revenir.
    En après midi, ce fut à l’Hôtel Saccacomie, à St Alexis des Monts; un endroit haut de gamme, de style rustique, qui offre des vacances d’été comme d’hiver, au bout d’une route accidentée, mais à surface asphaltée de bonne qualité. Encore une fois, des lieux qui font bon usage des nombreux lacs et de la nature du Québec. Une vue superbe, des sentiers bien balisés; on se
    demandent toujours si on ne rencontrera pas un ours ou un orignal. Ceux que nous avons vus étaient naturalisés à l’intérieur de l’établissement.

    Jean-Jacques Sanfaçon